2016
Bavardage

2016 : slow handmade !

Quoi, comment ? Nous sommes déjà le 27 janvier ? Mais que passe-t-il avec le temps ? Vous pouvez m’expliquer ? Deux mois que je ne suis pas revenue par ici, sur mon espace adoré. Que s’est-il passé ?

En plus, je ne vous ai même pas souhaité mes vœux, ici, pour vos lecteurs et lectrices du blog qui ne me suivez pas forcément sur les réseaux sociaux. Pff, quelle honte. Mais oui, comme il est encore temps (il paraît qu’on a jusqu’au 30 janvier pour souhaiter ses voeux, ouf), je peux encore vous souhaiter dignement et poliment un jolie année 2016 avec plein de projets handmade, bien sûr !

Quant à mon absence par ici, on dirait que la « vraie » vie a repris ses droits en décembre-janvier avec une formation à terminer, des visites à la maison, des vacances de Noël à rallonge (c’était vraiment nécessaire), quelques petits tracas personnels pas prévus, du stress aussi face à une situation professionnelle qui ne s’éclaircit toujours pas… Autant de raisons qui font que parfois, dans la vie, il y a des priorités à gérer et qu’on ne peut vraiment pas tout faire, même si c’est pas l’envie qui manque.

Le temps me manque toujours aujourd’hui et je n’en ai pas assez pour vous faire un joli recap de toutes les réalisations 2015.

Le bilan 2015 sera donc rapide.

En 2015, ma bonne résolution était de ne pas me disperser, de rester focus et de ne plus partir dans tous les sens. Ce qu’évidemment, je n’ai pas du tout réussi à faire !

Du côté handmade / blog, l’année a été plus que chargée et intense en réalisations (je n’ai pas compté mais elles sont nombreuses, que ce soit en couture et en tricot) et essais éditoriaux. Entre les podcasts, la saga chemises (5 chemises sur 12 réalisées), les tests, les partenariats, les collections capsule, les tutos, les recap mensuels, la préparation du mariage avec le travail sur la robe, le cardigan, les accessoires pour témoins et cortège, les cadeaux d’invités, de se lancer toute seule dans l’aventure de l’auto-hébergement et toute les autres cousettes réalisées par ailleurs… L’ambition était au rendez-vous, certes, mais je crois avoir mis la barre bien trop haut. Je suis super heureuse de tout ce que j’ai pu réaliser pendant cette année de folie mais je me suis un peu essoufflée, aussi. Je n’ai pas réussi à faire le quart de la moitié de ce que je voulais réaliser, ce qui a généré quand même un peu de frustration, hein, on va pas se mentir comme dirait l’autre.

Le côté perso / pro n’était pas en reste avec la recherche de boulot où il a fallu persévérer en gardant la motiv sans vrai résultat (puisque pas de job au final même si, je sais, il faut voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide), la formation longue à terminer et les exams à assurer, la maison et le jardin à gérer, le mariage à préparer, etc., etc. La vraie vie quoi !

Sans négliger non plus le côté dents de scie émotionnelles de cette année 2015, tout aussi joyeuse et heureuse avec un mariage encore mieux que je pensais, qu’horrible et tellement triste avec ces deux séries d’attentats monstrueux qui ont frappé Paris en janvier et en novembre.

2015 ne m’a pas laissé indemne et elle restera définitivement une année dense et intense dont je me souviendrais longtemps. Le genre d’année où même si tu fais plein de choses et que c’est enrichissant toussa toussa, tu es aussi bien contente quand elle s’arrête aussi. C’est par où le calme ? C’est pour quand le « rien à faire » ?

Après tout ça et malgré un peu de repos, j’ai eu du mal à repartir sur les chapeaux de roues depuis début janvier. Je suis atteinte d’une lentittude super aigüe, j’ai du mal à finir les choses, les gros projets (comme mon mémoire de diplôme par exemple, hein) me coûtent énormément, me prennent un temps fou. J’ai toujours cette impression bizarre de patauger dans une mer de semoule au lait (j’aime bien cette image, vous l’aurez remarqué). J’espère que ce sera temporaire et que je reviendrais vite vite papoter chiffons-bouts de laine avec vous par ici.

Plus que de « vrais » projets pour 2016, parlons plutôt d’envies, de perspectives, de colorations…

Stop à la dispersion ! On prend la même, on recommence et cette fois, on s’y tient. Conséquence concrète : ne surtout rien planifier, ne rien prévoir, carburer à l’envie, comme et quand ça vient. Et oui, cette année, je tente exactement le contraire de la l’année dernière et on verra bien ce que ça donne.

Pas de pression ! Conséquence concrète : on ne se force pas. Et puis aussi, pas de plans, pas d’objectifs ou autres KPI. Le plaisir, l’envie, définitivement, ça ne se commande pas. Pour le moment, ils ont décidé tous les deux d’aller voir ailleurs si j’y suis. Et bien, on attend gentiment qu’ils reviennent. Car oui, si je suis bien persuadée d’une chose, c’est qu’ils vont revenir. Ils prennent juste des vacances.

Less is more. Parce que définitivement, je me sens envahie par les objets, que j’ai l’impression d’étouffer sous la masse de nos affaires accumulées ces dernières années, j’ai envie d’essayer de vivre avec encore et toujours moins. De vêtements, de « choses », de « trucs » et de « bidules ». Conséquence concrète : depuis début janvier, de temps à autre, je m’attèle à un placard de la maison : je le vide entièrement, je trie et je jette. Enfin pour le moment, je mets les « trucs » dont je ne veux plus de côté car cela me paraît absurde de mettre des objets entiers, non cassés, directement dans la poubelle… Et j’étudie aussi les possibilités de don, les recycleries, Emmaüs, l’Armée du Salut… Enfin, tout ce qui pourrait exister par ici pour donner ces « trucs » et non les jeter direct dans la poubelle. Ce rangement par le vide me fais un bien fou, vide autant mes placards que ma tête et me permet d’y voir plus clair. Pareil pour la partie handmade : j’ai accumulé tellllemmment de choses ces dernières années, qu’il est temps de faire un peu place nette. Je ferais peut-être un vide-atelier au cours de l’année. Affaire à suivre.

Slowlife. Mes envies 2016 ressemblent définitivement à un catalogue d’expressions à la mode ! C’est quoi le slow life ? Un article intéressant pour comprendre ce mouvement, cette aspiration à laquelle beaucoup de personnes se rallient face à un monde toujours plus rapide, plus fou et plus stressant : http://www.cles.com/enquetes/article/slow-life-vers-de-beaux-lents-demains. Conséquence concrète et à mon échelle : slow handmade ! Prendre le temps de faire les choses, avec la plein conscience de les réaliser, retrouver le plaisir du travail bien fait. Prendre le temps de rêver, un crayon ou un livre à la main, de m’ennuyer aussi (je ne m’ennuie plus jamais et ce n’est pas bon pour l’imagination).

Lire plus. Les deux dernières années ont été un désert de lecture alors que je suis plutôt une lectrice assidue habituellement. J’ai donc rejoins un club de lecture virtuel sur Instagram que vous pouvez retrouver sous le hashtag #unlivreparmoisen2016 pour essayer de me pousser aux fesses pour lire plus.

Quelques envies créatives (quand même, hein). Me coudre des vêtements d’intérieur potables. Je travaille essentiellement depuis la maison et je ne sors pas nécessairement tous les jours (oui, je sais, bou-bou-bou, c’est mal). Mon vestiaire quotidien est plus proche du vestiaire « pyjama » que du vestiaire « urbain chic ». Et je n’ai pas de jolis vêtements confortables et seyants pour travailler relax depuis la maison et il faut remédier à cela.

J’aimerais travailler le bois aussi. De plus en plus, cette matière m’attire. Mon rêve ultime serait de me construire une cabane mais on va commencer par des petits objets simples, hein ! J’ai déjà quelques idées.

Et puis, j’aimerais finir le gilet de mon homme commencé à Noël : le vrai gros challenge tricot pour moi.

Et plein de petites choses pour tous les bébés à venir (dont mon futur filleul #jesuisunemarrainequidéchire) dans mon entourage comme des petits chaussons (mon obsession du moment), les petits pulls, etc.

Pour la couture, pas d’envie particulière, si ce n’est des robes confortables et seyantes, peut-être un nouveau jeans, une chemise ou deux. Enfin, rien de précis pour le moment, car comme dit plus haut : slow handmade !


J’espère que je ne vous ai pas trop bluesé avec mon article pas forcément hyper joyeux, youplaboum et rempli de projets foufous pour 2016. Si c’est le cas, j’en suis désolée. Mais « faire semblant » ne me semblait pas forcément honnête vis à vis de vous, de moi. Bien sûr, je suis toujours à votre disposition pour toute question handmade sur les projets réalisés.

En attendant de vous retrouver plus en forme, je vous souhaite bonne couture et bon tricot.

Slow handmade-ment vôtre !

Signature

 

Article précédent Article suivant

Autres articles que vous pourriez aimer

9 Commentaires

  • Répondre En route pour 2017 - Une Parisienne en Helvétie 19 janvier 2017 à 12 h 31 min

    […] faut croire que je suis une habituée des voeux tardifs (cf le premier article de l’année 2016…) mais cette année, j’ai une excellente excuse […]

  • Répondre Princess Clarinet 28 janvier 2016 à 13 h 24 min

    que de bonnes « résolutions » pour cette nouvelle année. Perso je me suis fixée un projet par mois (ou deux selon l’ampleur du projet) avec du tissus et patron déjà existant. ça évite de surconsommer aussi. Mes envies je les garde de côté pour mon anniversaire ou Noël et ça a encore le temps d’évoluer d’ici là. Je suis en pleine phase de tri également, ça fait du bien. J’en avais marre de m’accrocher à des choses juste parce qu’on me les a offerte ou bien « on sait jamais, ça peut servir » alors qu’en fait non, ça ne sert pas. Merci pour ton regard sur cette nouvelle année que je partage aussi.

  • Répondre Coralie 27 janvier 2016 à 16 h 59 min

    Super article! Je me retrouve tellement dans ce que tu ressens et transmet. C’est toujours agréable de savoir qu’on est pas seule à galèrer mais qu’on a l’envie de s’en sortir. Et au final, c’est ça qui compte. Et trop bien tes projet de slow handmade, j’adore! 🙂

  • Répondre Marie 27 janvier 2016 à 16 h 52 min

    Douce et lente année 2016 ! Ici, le slow handmade a commencé avec le Slow Fashion October, quand je me suis rendue compte que j’aimais ce que j’avais dans ma garde-robe et qu’il n’y avait pas le feu pour coudre, tricoter, broder, rêver… Bon, du coup, mon blog cause moins tricot ou couture mais ça m’va. Ah, si on était voisines, j’serais preneuse qu’on crée une coopérative pour partager une fraiseuse numérique : à nous les meubles et les cabanes en bois ! (Je mets ça + imprimante 3D sur ma liste de Noël depuis deux ans mais bon, le Père Noël est réaliste, éh éh.) Des idées, savourer, réaliser, des choses pour aimer 2016 !

  • Répondre Mathilde ... au fil des heures 27 janvier 2016 à 15 h 53 min

    C’est vraiment une analyse très juste, une belle manière de mettre en mot des ressentis … et de nous rappeler la base : c’est vrai qu’il s’agit avant tout d’un loisir, d’un plaisir, alors pourquoi se forcer sur des choses qui ne font pas envie ?!! Tu as vraiment bien fait de prendre le temps de te poser ces questions et de suivre ton instinct !!!! Et j’imagine bien qu’après cette année 2015, une petite bulle de calme et de sérénité s’impose !!! J’espère que tu auras une très belle année 2016 qui t’apportera beaucoup dans tous les domaines !!!

  • Répondre Aurélie 27 janvier 2016 à 12 h 55 min

    Bonne Année également et merci pour cet article si zenifiant !
    A chacun son rythme…et le rythme pour chacun change….tout bouge et comme le dit Thomas d’Ansembourg dans son livre « Cessez d’être gentil, soyer vrai » que je recommande vivement !!! « De mémoire d’homme, après chaque hiver vient le printemps », tout est en perpétuel mouvement donc wait and see et surtout se dire que nous sommes ICI et MAINTENANT !

  • Répondre Mai 27 janvier 2016 à 12 h 55 min

    je suis arrivée aux mêmes conclusions sur le fait de ne surtout rien prévoir et d’y aller à l’envie, mais j’ai beaucoup de mal… je te rejoins complètement aussi sur le fait de se laisser le temps de s’ennuyer et de rêver, c’est fou comme on peut se faire aspirer par cette envie de faire plein de chose. Et parfois la démarche de création se rapproche beaucoup de celle de consommation dans l’achat impulsif de nouveaux patrons, nouvelles laines… Ce qui est a peu près l’opposé de l’objectif de la démarche handmade (pour moi en tout cas).
    Quel modèle de gilet homme tu tricotes? je pense me lancer dans Hugo de Brooklyn tweed mais ce sera mon premier pull pour homme j’ai un peu peur de me planter sur les mesures.
    En tout cas très belle année à toi aussi, j’espère que 2016 sera l’occasion de souffler, de respirer et de retrouver l’envie et l’énergie de faire ce qui te plaît, à ton rythme.

  • Répondre madebycelinette 27 janvier 2016 à 12 h 24 min

    MERCI!!! Merci pour cet article qui correspond exactement à mon ressenti du moment: envie de rien du côté handmade et j’en ressens une pointe de « culpabilité! ! Ce que je trouve très bizarre parce que s’il y a bien un domaine où on ne devrait pas se mettre la pression c’est bien les loisirs, non?? Merci en tout cas de ta franchise: tu as vraiment un don pour exprimer joliment les ressentis diffus…

  • Répondre Sarah 27 janvier 2016 à 12 h 13 min

    C’ est un beau projet de prendre le temps et de se respecter. Le handmade doit, à mon sens, rester un plaisir et pas une course effrénée. Je fais du vide placard depuis 1 an et ça fait réfléchir et du bien! Belle année à toi.

  • Me laisser un petit mot